J'ai enfin reçu l'Argon One d'Argon40 ! C'est un boîtier pour Raspberry Pi très joli et bien fait, financé via Kickstarter. Sa particularité, d'être en aluminium massif, et d'avoir des petits plus comme un ventilateur, un bouton marche/arrêt qui permet d'éteindre proprement le Raspberry Pi, et d'un accès aux ports GPIO refermable.

Ar1 4

Argon One

Ici on voit le boîtier du dessus. Il possède des ouïes d'aération, et on discerne le capot du GPIO.

Ar1 3

Arrière de l'Argon One

Sur la face arrière, on voit les ports Ethernet, USB, HDMI, audio et microUSB d'alimentation, ainsi que le bouton Power. Et le fameux capot GPIO.

Ar1 2

Port GPIO

L'ouverture du capot expose les pins GPIO, colorés. Le port du RPi est déporté sur un carte interne vers le dessus du boîtier. Argon40 a même ajouté une légende des pins, pratique !

Ar1 7

PCB interne

Et voici le PCB interne, avec son ventilateur, programmable. Une extrusion du boîtier permet le refroidissement du processeur du RPi, via un pad thermique fourni. On voit à droite le connecteur reliant les GPIO du RPi au port externe en haut.

Ar1 6

IR !

Argon40 avait dû prévoir un port infrarouge, mais il n'y a pas de composants reliés...

J'ai dit que les ports HDMI, audio et alimentation étaient sur la même face que les ports Ethernet et USB... Alors que sur le RPi, ils sont répartis sur deux côtés. Cette carte permet cette entourloupe :

Ar1 1

Carte HDMI/audio

Elle s'enfiche sur le RPi pour déporter les connectiques HDMI et audio vers l'arrière du boîtier, comme ça :

Ar1 5

RPi + carte HDMI/audio

Et ça donne ça une fois dans le boîtier :

Ar1 9

RPi installé

Et boîtier fermé :

Ar1 10

Dos de l'Argon One

Le fond du boîtier est en plastique gris fumé, presque opaque mais laissant passer la lumière vive. On voit les diodes à travers :

Ar1 8

Diodes

Bien entendu, les fonctions de contrôle de ventilateur et de bouton marche/arrêt ne marchent pas par magie, il faut installer un script (en Python), fourni par Argon40, à l'adresse suivante : https://download.argon40.com/argon1.sh

Le script installe une unité systemd vérifiant la température pour actionner le ventilateur au besoin, et surveillant l'action du bouton Power. Il permet également sa propre désinstallation. A noter qu'il installe des raccourcis si l'environnement graphique est détecté (par la présence de /home/pi/Desktop, donc si l'utilisateur pi n'existe pas ou a été renommé, c'est raté...).

A noter aussi, la carte gérant le ventilateur consomme un peu de courant, et le RPi indique un sous-voltage récurrent... Ça peut être contourné en désactivant du matériel comme le WiFi ou la sortie HDMI, ou en utilisant une alimentation délivrant 5,1 V et 3 A.

Comme d'habitude, les photos pleine résolution sont ici.

Je crois pas, Netflix... 🤣

luther eau de rose

Je sauvegarde en ligne depuis quelques semaines, sur iDrive. J'en suis globalement content, mais je trouve l'appli un peu bof. Déjà, elle est traduite en peu de langues, et la traduction française par exemple est assez incomplète.

idrive

iDrive

On voit sur cette capture l'interface en français, où les libellés sont tronqués (tous les "..." sont des libellés trop longs), et des textes non traduits...

A part ça elle fait le taf, mais il y a quand même quelques manques. Le style des journaux de l'application indiquent l'utilisation de rsync, ce qui est bien, mais l'application n'utilise pas Volume Shadow Copy, ce qui est bof pour un logiciel de sauvegarde... De fait le fichier Outlook de Sévrine n'est pas synchronisé pour une raison obscure d'échec de verification (bien qu'Outlook ne tourne pas au moment de la sauvegarde...), et le résultat des sauvegardes est souvent en échec à cause des erreurs... 😑

En plus il existe peu de documentation et la FAQ n'est pas très locace sur les raisons des erreurs... Il est probable que ce soit des fichiers temporaires et/ou système genre desktop.ini ou thumbs.db, mais le log n'est pas assez détaillé pour me le dire.

Je suis quand même globalement satisfait du service. Je vais creuser pour démêler les problèmes et rapporter le fruit de mes recherches ici. 😉

Je parlais de sauvegardes dernièrement. Jusqu'à maintenant je faisais tout sur média physique, clé USB, disque externe. Mais je me rends compte que j'ai des possibilités d'upload très conséquents maintenant, entre la fibre à la maison, et mes serveurs hébergés chez OVH.

J'ai déjà mis en oeuvre une première solution de sauvegarde en ligne sur mes serveurs Debian chez OVH. Le fichier de sauvegarde fait environ 200 Mo. L'un d'entre eux étant un VPS, je n'ai pas d'espace de sauvegarde dédié dans l'offre de base. Mais j'en ai plein chez Google, avec Drive. Et j'ai découvert gdrive. C'est un client Google Drive en ligne de commande, qui existe pour à peu près tous les OS courants. How to Forge propose un tutoriel sympa pour son utilisation. Par contre, petit problème sur Google Drive, il semble y avoir des limitations sur la bande passante ou les opérations, et certaines commandes échouent, ce qui me force à faire des retry dans les scripts...

Mon serveur FreeBSD sauvegarde sur une clé USB, et son fichier fait environ 3 Go. Ce qui en fait est un peu trop gros pour mon Google Drive (je stocke principalement mes photos dessus, en plus grand que la taille gratuite). En cherchant un service approprié pour la sauvegarde en ligne de ce serveur, je suis tombé sur iDrive. Rien à voir avec Apple malgré son nom. 😅 IDrive propose entre autres 2 To pour 60 € par an (il y a des ristournes la première année, j'ai eu 1 an pour 6 €), contre 1 To pour 100 € pour Google Drive. Et ils proposent des scripts pour Unix, plutôt bien foutus ! Mon serveur FreeBSD est donc maintenant sauvegardé sur iDrive. Et ça marche tellement bien que j'ai aussi basculé la sauvegarde des Debian et de mon ordinateur du boulot sur iDrive.

Reste le gros morceau, nos ordinateurs à la maison. En tout, il y a à peu près 260 Go de données compressées en deux fichiers de sauvegarde. Actuellement, les sauvegardes sont faites sur mon NAS Synology, et recopiées sur un disque externe. A pleine vitesse de ma fibre, ces fichiers de sauvegarde devraient remonter en à peu près 4 heures. Ce qui est très raisonnable. Et comme il y a de l'espace à revendre sur mon iDrive, je me suis dit pourquoi pas ? Surtout qu'iDrive propose une appli pour DSM Synology ! Bon, l'appli n'est pas vraiment intégrée à DSM, c'est une webapp qui tourne avec le service web. Mais elle fait le taf.

Mais. Après une passe de sauvegarde réussie, je me rends compte que la sauvegarde suivante met des jours à se terminer... Ce qui n'est pas acceptable pour une sauvegarde hebdomadaire... 😑

Je cherche une autre solution. Pour faire simple, je regarde sur Hyper Backlup de Synology, vu que c'est ce que j'utilise déjà pour copier mes données sur le disque externe. Synology propose sa propre solution de stockage cloud, Synology C2. Directement intégrée, ça me semble être une bonne solution, 1 To pour 60 € par an.

Mais. Le taux d'upload stagne à 2 Mo/s alors qu'il devrait être au moins 10 fois supérieur... 😑

Autre solution : OVH Object Storage. 0,01 € HT par Go par mois. 3,60 € TTC par mois pour 300 Go. A peine 45 € par an. Et compatible avec Hyper Backup !

Mais. Le taux d'upload stagne à 2 Mo/s... 😕

Entre-temps, je reçois un mail du support Synology. Le fait de résilier mon abonnement C2 en disant que c'est trop lent a généré un ticket automatique, et ils se proposent de m'aider. J'active donc l'accès au NAS pour le support, et j'attends. Ils font des speedtest depuis la ligne de commande. Je me rends compte que le NAS a des performances réseau très inférieurs aux ordinateurs de la maison, et surtout très instable, l'upload peut passer de 75 Mbps à 150 dans un intervalle de 30 s, alors que mon ordinateur affiche 950 Mbps en down et 190 en up en permanence...

Au final c'est le NAS le problème... 😑

Là je me tâte pour changer la sauvegardes des ordinateurs de la maison en iDrive. C'est un peu relou parce que je dois me retaper la liste des fichiers à sauvegarder (pas de moyen simple d'export/import), mais ça risque d'être le moyen le plus efficace. Je vais déjà tester avec un petit jeu de données pour voir.

To be continued.