Deuxième étape de l'installation de FreeBSD, la configuration de l'interface graphique.

Après l'installation du système en soi, passons à la configuration de X Window.

La vraie doc sérieuse et bien faite se trouve dans le Handbook (en french), comme toujours. 🙂

Petite note : je parle ici de FreeBSD 5.3 et supérieurs, donc comprenant X.Org par défaut, à la place de XFree86. Une sombre affaire de licence a fait détourner de XFree86 la plupart des projets et entreprises utilisateurs de X Window...

Si vous avez suivi mon howto, vous devriez avoir la base de X. Sinon, lancez Sysinstall (sysinstall ou /stand/sysinstall), choisissez Configure, Distributions, et X.Org (XFree86 pour FreeBSD 5.2.1 et inférieurs). Ne chipotons pas, prenons tout dans les sous-catégories (entrez dans la sous-catégorie et sélectionnez All). Sysinstall vous demande alors d'où copier les binaires, remettez votre CD FreeBSD dans le lecteur, et sélectionnez CD/DVD.

FreeBSD 5.3 ne propose plus le configuration X Window. Il va falloir se débrouiller à la main, dans la console.

Je suppose que si vous avez suivi jusqu'ici, vous savez vous connecter sur un système Unix. Sinon, voici commen faire (du moins pour ce howto) : à l'invite login:, tapez root, appuyez sur la touche entrée, tapez le mot de passe du compte, et appuyez sur entrée. Voilà, vous êtes connecté en tant que root. Si vous préférez utiliser un autre utilisateur, faites comme bon vous semble. Mais il faut que cet utilisateur soit membre du groupe wheel, pour pouvoir utiliser la commande su, pour passer en super utilisateur et configurer le système.

En tant que root, tapez Xorg -configure. Cela lance une routine d'auto-configuration de X qui essaie (plutôt bien) de détecter votre carte graphique, votre écran et vos dispositifs de saisie. Vous pouvez tester le résultat avec la commande Xorg -config xorg.conf.new. Si vous avez un écran gris avec une croix en guise de curseur, c'est bon, votre X est configuré correctement. Sortez de l'écran de test en appuyant sur Ctrl-Alt-Backspace. Cette combinaison de touches arrête immédiatement le serveur X et vous fait sortir du mode graphique.

Copiez maintenant le fichier xorg.conf.new en /etc/X11/xorg.conf : cp xorg.conf.new /etx/X11/xorg.conf (créez le répertoire /etc/X11 au besoin).

Installons maintenant le gestionnaire de fenêtres. On va utiliser portupgrade, expliqué dans ce document. Choisissez un gestionnaire, et installez-le par portinstall. Ici, je choisis Xfce, mais vous êtes libre de prendre Gnome ou KDE. Je lance donc la commande portinstall xfce, qui me propose xfce ou xfce4, je choisis le plus récent, xfce4. Pour Gnome, vous utiliserez portinstall gnome2, et portinstall kde pour KDE, ou autre chose pour autre chose. 🙂

Laissez décanter, et passons à la fin de l'installation. Il faut maintenant indiquer à X ce qu'il faut qu'il lance comme gestionnaire de fenêtres. Créez un fichier .xinitrc à la racine de votre répertoire personnel (/usr/home/ ou /root pour root). Mettez-y le nom du programme de lancement de votre gestionnaire de fenêtres. Pour Xfce, c'est /usr/X11R6/bin/xfce4-session. Pour Gnome, c'est /usr/X11R6/bin/gnome-session, et pour KDE, c'est exec startkde.

Tapez startx, et hop vous avez un environnement graphique prêt à l'emploi. 🙂

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.