Où je parle des magazines qui font faillite et de la course d'obstacles dans les magasins...

En lisant Cuk.ch, j'ai connu le magazine Objectif Photos. Je le lisais attentivement à chaque parution, et là, je ne le trouve nulle part... Il est en fait mort. C'est dommage, c'était sympa à lire, même si les présentations de nouveaux produits étaient déjà vues. Ils donnaient des conseils à des noobs comme moi et tout. En même temps je me doutais qu'il y avait des merdes, parce qu'il devait être mensuel, il est passé à bi-mensuel et là il glissait à bi-mi-mensuel (ça se dit, ça ?). Va falloir que je trouve un autre magazine. Je vais voir du côté de Chasseur d'images (que j'aurais dû consulter bien avant), et de Réponses photo. Il y a du pour et du contre pour les deux dans les avis sur le net, je verrai bien.

Hier j'attendais Séverine à La Défense parce qu'elle devait aller acheter un cadeau pour son père (dimanche c'est la fête des pères). J'ai donc parcouru les librairies de la gare pour trouver ce satané Objectif photos, que je n'ai jamais trouvé (et pour cause !). Je suis même allé au rayon presse de Virgin. Je fouillais dans les rayons quand Séverine m'appelle pour me dire qu'elle est arrivée sur le parvis. Je lui dis que je sors et que je la rejoins là-bas.

Je sors de Virgin. De là, j'ai deux possibilités pour rejoindre le parvis de la Grande Arche : soit redescendre au niveau de la gare, longer les tourniquets et remonter au bout au pied de l'Arche, soit monter d'un niveau, traverser Sephora et arriver en face du CNIT. Je fais appel à ma logique, je prends le chemin le plus court, à travers Sephora.

Mais en y arrivant, je me rends compte que j'ai peut-être fait une connerie : dès l'entrée, une vendeuse avec des dents Email Diamant s'avance en lançant un "Bonjour, que désirez-vous ?" Je l'esquive adroitement en tournant brusquement derrière des présentoirs, et ce sont les deux filles qui sont entrées en même temps que moi qui se font alpaguer. Ouf.

Je continue mon parcours vers la sortie de l'autre côté de mon pas pressé. Là je me rends compte que les vendeuses ne sont pas toutes habillées pareil. Dans le même style, mais pas pareil. Avec ou sans veste, jupe ou pantalon, chemisier à motif ou non. Paraît que c'est parce que les distributeurs de parfum recrutent des gens pour les placer dans les Sephora et autres pour vanter leurs produits.

Quoi qu'il en soit, je dois les éviter pour ne pas perdre l'avantage du chemin le plus court... Là, je suis plus rapide que la vendeuse, je suis déjà loin quand elle lance sa première syllabe : "Bon..." Stage 1 clear. Ici, je me fais coincer par la file de la caisse... Danger danger ! Esquive à la suite de la cliente enrobée entre les gens de la file et un présentoir (l'enrobage est important, ça permet de passer derrière avec mon barda de PowerBook et d'iPod sans devoir lancer des pardons de tous les côtés). Stage 2 clear. Plus loin, une cliente en plein milieu d'un rayon hésitante. Proximity alert ! Je profite d'un mouvement de sa part pour tenter le passage en douceur à la bullet-time... Bullet-time move missed ! Elle se recule finalement au lieu d'avancer ! Emergency breaks engaged ! "Oups pardon", et je me faufile entre les échantillons et la bonne femme. Enfin la lumière au bout, je contourne les protiques anti-vol et je sors sur le parvis...

Sephora, c'est presque plus fort que toi !


 Commentaires

.

 Posted by Utilisateur anonyme at 2005-06-23 15:40
Champion du Monde !!


We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.