On peut tagger les articles dans Joomla!, comme cet article qui a Blabla et Joomla! en tags. Et Joomla! facilite la chose en autocomplétant les mots au fur et à mesure.

Mais (comme souvent dans mes articles en fait, MAIS !) l'autocomplétion refuse parfois mes tags, pour une raison que j'ignore parfois (il ne veut pas TV mais Télé c'est OK...), et parce qu'il est obtus d'autres fois (je ne pouvais pas mettre juste Réseau, il devait absolument remplacer par Réseaux sociaux...).

Comme je le soupçonnais, la gestion des tags est du côté administration. Et en effet, on peut en ajouter manuellement, et ils sont correctement proposés par l'autocomplétion.

Donc mes derniers posts ont pu avoir le tag Réseau. ;)

A day in the life.

OVH m'a donné une IP v6 en plus d'une IP v4 avec mon VPS SSD. Mais autant l'IP v4 est attibuée proprement et toute seule par DHCP, autant l'IP v6 non. Faut la rentrer à la main.

J'ai un peu galéré (because je disais que je ne connaissais pas Debian), mais j'ai fini par trouver cette page : Configurer IPv6 sur une instance Public Cloud.

J'ai donc galéré parce autant je trouve plein de pages pour configurer IP v6 chez OVH (dont plein de pages redondantes chez OVH de fraîcheur variable), jamais personne (à part donc cette page d'OVH) ne me dit que dans cette ligne de configuration pour ajouter la passerelle, il y a une commande :

post-up ip -6 route add IPV6_GATEWAY dev eth0

Donc dans cette ligne, le petit ip au milieu, c'est en fait /sbin/ip. Et c'est valable pour toutes les lignes de ce type... Et ce con de script (ou ce con de systemctl) n'a apparemment pas de path... -_-;

Mais bon, j'ai démerdé la chose, et maintenant mon serveur répond en IP v6. Joie. :D

Mais s'il y a eu blackout, comment ce site extraordinaire est-il revenu dans le monde ?

Bah je l'ai déplacé. :D Chez OVH, justement. J'hésitais depuis un moment sur une de leurs offres VPS SSD, un serveur virtuel à faible capacité à pas cher. Après les déboires du boulot, j'ai donc finalement fait le saut, et je me rends compte que j'aurais dû le faire plus tôt.

La capacité disque est ultra-limitée (10 Go), il n'y a qu'un seul vCPU et 2 Go de RAM, mais au final pour du PHP ça va. J'ai laissé mon vieux site Plone derrière, je ne pense pas le récupérer, je le laisse sur le vieux serveur, mourir en paix.

J'ai juste un petit regret, c'est pas un FreeBSD, mais un Debian, mais bon, ça me force à en utiliser un et à apprendre. :D Il y a des subtilités qui diffèrent de FreeBSD, c'est intéressant. :)

J'avais eu l'espoir d'avoir un espace de sauvegarde chez OVH, comme le serveur dédié du boulot, mais non. Pas à ce prix. :D Donc j'ai utilisé gdrive pour accéder à mon Google Drive pour uploader mes sauvegardes. Et l'air de rien ça marche super bien. ;) Faut juste que je awk à mort les sorties de gdrive pour comparer les checksums, mais ça peut attendre.

Je crois que j'ai passé dans les 6 h à migrer, en tâtonnant dans Debian. Pas trop mal. ;)

Mon célèbre et très fréquenté site web a été coupé du net du jeudi 23 novembre 2017 au samedi 2 décembre 2017. Oui, c'est le drame. :D

J'ai un vieux serveur au boulot qui me sert d'hébergement personnel, et c'est lui qui sert ces pages (avec d'autres de mes sites tout aussi célèbres et fréquentés).

Mais ! Ce fatidique jeudi 23 novembre, la ligne internet principale de mon boulot est tombée en panne. D'un coup. Comme ça. Crac.

C'est une ligne SDSL 4 Mbps symétrique fournie par Completel (maintenant SFR Business), pour le compte de Renater. Normalement elle est super fiable (sauf une fois l'année dernière où ils ont foiré une migration...).

Mais ! Ce fatidique jeudi 23 novembre, la ligne internet principale de mon boulot n'est pas revenue. Du tout.

On a contacté le NOC Renater, qui a relancé SFR Business à de nombreuses reprises, pour finalement avoir une paire de techs qui sont venus changer le modem le lundi suivant... Sans succès.

Là le GTR de 4 heures est complètement dépassé, on passe à 4+ jours.

Et depuis plus de nouvelles. le NOC Renater a escaladé tout ce qu'il pouvait, mais rien.

Donc j'ai passé une grande partie de la semaine dernière à reconfigurer nos routeurs et serveurs pour utiliser notre ligne ADSL de secours (16 down/1 up Mbps). C'est une ligne qu'on a prise pour le confort d'utilisation en fait. Elle sert à surfer en utilisation normale, et on laisse la SDSL pour le trafic des serveurs.

Mais ! Là, j'ai dû tout faire passer par l'ADSL. Avec son up d'un méga... Cerise sur le gâteau, notre ligne SDSL dessert une plage IP routable (un /24 complet !), donc je ne me posais pas de questions sur l'ouverture de ports ou redirections, tout est en direct.

Mais ! Là, je dois tout NATer. C'est relou, mais je sais faire. Donc j'ai fait.

Mais ! On héberge aussi le DNS pour notre sous-domaine, et il est inaccessible. Donc je ne peux pas propager la modification des noms pour rediriger les requêtes vers la ligne ADSL... Donc j'ai dû remonter un DNS chez OVH (on a déjà exporté certaines machines là-bas), demander au CNRS d'annuler la délégation, mettre à jour la zone, et la redéléguer...

Mais ! Comme un con je me suis gouré sur l'adresse IP du nouveau DNS, et il s'est propagé... Ça a mis un temps (ressenti) infini à se corriger. Et les noms ont été correctement propagés. Et la ligne ADSL a grave saturé. :D

Là on est toujours au point où la SDSL est morte (sans espoir de retour), et où Renater nous a prêté un routeur cellulaire 4G (2 Mbps symétrique).

Mais ! Le routeur 4G est fourni par Bouygues, c'est un modèle et service grand public, donc pas de mode bridge, plein de filtres réseau. Du coup pas utilisable pour de l'hébergement... Donc on doit utiliser ça pour surfer, pour soulager l'ADSL. En plus le mec qui nous a amené le routeur 4G nous dit que ça leur arrive une fois par an que SFR Business merde une des lignes SDSL de leur parc, et qu'ils mettent des semaines et des semaines à la retaper...

Le drame, je vous dis. :D